IMG-20190305-WA0052_modifié_modifié.jpg

LIBRE de Virginie Guedj,

le nouveau spectacle à découvrir

Moins d’un an après ces premiers pas en stand-up, Virginie Guedj a fait salle comble le 26 février au théâtre Inbal avec son premier spectacle « Libre ». En attendant de nouvelles dates à Paris et en Israël, cette franco-israélienne de 42 ans nous raconte où tout a commencé. Monter sur scène une heure toute seule, elle en rêve depuis le début. Le début, c’est le 22 avril 2018 sur la scène du Zvulun. « J’avais prévenu personne en me disant si je me plante, personne ne le verra » explique-t-elle. « Je l’ai fait comme un défi.

En me disant que je n’avais rien à perdre et tout à gagner ». Toutes les semaines, au Zvulun, avec en maître de cérémonie David Smadja, elle remonte sur scène avec des textes écrits dans la semaine. « La moitié était à jeter » se souvient cette quadra, maman de deux enfants. Eté 2018, Emmanuel Smadja l’invite sur la tournée du Tel Aviv Comedy Club avec les artistes franco-israéliens et en Guest Alex Fredo et Fary. « Une chance de ouf. Là, je regarde les pros bosser, je prends des notes et je comprends que la vanne est une gymnastique.

Une vanne qui fait mouche c’est comme Nadia Comaneci en 1976 à Montréal, c’est la perfection. » raconte Virginie qui se met à visionner tous les standupeurs d’hier et d’aujourd’hui. « Jamel, Gad, Dave Chapelle, Louis CK, Georges Carlyn, Tina Fey, Amy Poehler, Sarah Silverman, Leslie Mann, Amy Shumer, Fary, Guillermo Guizz, Marina Rollman, Roman Frayssinet, Haroun, Yassine Bellatar, la liste est sans fin » explique celle qui regarde tout, sketches – chroniques, jusqu’à 30 fois d’affilée.

Emmanuel Smadja : « c’est une vraie bosseuse »

Un brin monomaniaque, elle minute, compte les rires, décortique les esquisses, les punchlines. « C’est une mécanique, pour comprendre comment ça marche, faut ouvrir le moteur ». Sa route, croise celle de Solal Dahan cet été à Tel Aviv. Des heures sur whatsapp, des tonnes de textes, des heures de répét plus tard, elle présente les 13 et 14 janvier, à Paris « Libre », son premier spectacle. Il salue « sa puissance, sa profondeur et sa révolte à bouleverser les codes de la société ». Elle ne tarit pas d’éloge sur sa patience et ses conseils de mise en scène. Dans « Libre » Virginie évoque le couple, la maternité, le sexe, la religion. Pour Emmanuel Smadja c’est « toujours hyper émouvant de voir éclore une artiste qu’on a vu débuter et s’affirmer ». Le créateur du Tel Aviv Comedy Club poursuit : « Je lui souhaite de réussir mais plus que ça je sais qu’elle va y arriver parce que c’est une vraie bosseuse ». Une bosseuse qui ne cache pas qu’elle marche à l’affect. « J’ai besoin de m’entourer de gens qui y croient. C’est David Benaym, un ami qui produit mes dates. Jacob assure la première partie. On a débuté au Zvulun ensemble. C’est le garçon le plus gentil que je connaisse ». Next step : Retravailler encore et toujours pour gagner en efficacité. Paris en mai, une mini tournée en Israël dans la foulée et la Belgique en septembre. Comme elle le répète souvent : « Je sais pas où je vais, mais j’y vais ».

 

B.R

All Rights Reserved - Tel Aviv Comedy Club  2019